Henri Minault, Maire Honoraire de Sauzé Vaussais

bm-decembre-2005-1« L’année 2005 a vu la disparition de M. MINAULT Henri, Maire Honoraire, qui fût pour la Commune, un homme de projet, conseiller municipal pendant cinq mandats dont quatre de Maire. Tous ceux qui l’ont connu ont su apprécier son engagement total pour sa Commune, dont les principales réalisations sont :

Le SIVOM, le Complexe touristique du Puy d’Anché avec le Village Vacances, la piscine et le camping, le Foyer Logement qui porte son nom, le Collège, le Groupe scolaire, les lotissements, ainsi que la mise en chantier de la zone d’activités. Membre du CCAS, j’appréciais beaucoup ses conseils, sa sagesse et sa lucidité.
Nous perdons un ami et nous regrettons de ne pas avoir pu lui rendre l’hommage qu’il mérite, mais nous respectons ses dernières volontés. »
 
Michel Heurtebise,
Maire de Sauzé Vaussais de mars 2001 à décembre 2007
(édito du Bulletin Municipal de Décembre 2005) 
 
 
Monsieur Minault était également Membre du Comité d’Honneur de l’Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques
 
Écrits d’Henri Minault:

1991:

« Histoire d’une commune vue à travers l’évolution des voies de communication« 

« En 1790, Sauzé et Vaussais furent réunies pour former une commune qui prit le nom de Sauzé-Vaussais et fut érigée en chef lieu de canton.

Cette commune aurait pu rester bicéphale, mais il n’en fut rien. Aujourd’hui, Sauzé rassemble les 4/5ème de la population de la commune, tous les services et pratiquement toute l’activité industrielle et commerciale.

Pourtant Vaussais fut longtemps le siège de la Paroisse. Son origine remonte à l’aube des temps historiques. Ce site dominant un point de passage, vraisemblablement l’emplacement d’un temple païen, était très apprécié des hommes de ce temps. Ils y bâtirent un village puis une église dédiée à Saint Junien, cet anachorète qui était venu y répandre la foi chrétienne, et ce village devint le centre de la paroisse et du pays alentour.

sauzc3a9-cassini2La construction du manoir du « Puy Bouyer » – aujourd’hui « Puy d’Anché » – sur l’autre versant compléta le dispositif.

Si l’on observe que cet affaissement de terrain entre le plateau mellois et le horst de Montalembert fait communiquer le bassin de la Loire avec le Pays charentais et le bassin aquitain, et qu’il constituait donc un point de passage obligé qu’il était important de tenir, on peut s’étonner de ne pas trouver ici d’ouvrage fortifié. Pourtant le pays eut à souffir du passage des invasions, des affrontements de la guerre de cent ans puis des guerres de religions, mais les seigneuries du pays étaient trop faibles pour jouer un rôle notable et la pays resta ouvert à toutes influences… »

Document complet : sauze-vaussais-par-henri-minault

Source: http://pioussay.wifeo.com/sauze-vaussais.php


2003:

« Le 1i-114ri14ème Régiment d’Infanterie après le 8 Mai 1945

Le 114ème R.I, appelé depuis le 114ème Régiment de la Libération, a été déployé en Allemagne dans la région de Frankenthal dans le Palatinat pour occupation du pays vaincu. Avant de partir en Allemagne, une partie de la Compagnie a été missionnée à Ars en Ré (île de Ré) pour garder, dans des camps, les prisonniers allemands.

Les prisonniers ont été affecté au déminage des zones minées par l’armée allemande. Le Régiment sera dissous le 21 octobre 1945 à Frankenthal.
A Sauzenheim, en Allemagne, un monument en pierre sculptée représentant l’écusson du Régiment, a été érigé à la gloire du 114ème.
 
 
 
 
En hommage aux disparus :
– à Courçon, une stèle est érigée dans le cimetière pour les 55 soldats volontaires du 114ème R.I morts pour la France devant La Rochelle,
– à Saint-Sauveur d’Aunis, une plaque de marbre noir a été posée sur un mur  au « carrefour du 114ème » pour honorer trois volontaires tombés là le 1er mars 1945,
– à Saint-Jean de Liversay, une plaque a été posée sur le mur de la laiterie pour que l’on n’oublie pas les trois camarades tombés près de ce lieu. »
 
Sources:
 
Ce livre est inscrit et disponible au catalogue des médiathèque de la Communauté d’Agglomération du Niortais:
can-talogue